vendredi 15 décembre 2017
Accueil / Saut d'obstacles / CSI1* Tétouan: la surprise marocaine !
taoui
Othamne Taoui, la nouvelle génération marocaine (photo: Xavier Boudon)

CSI1* Tétouan: la surprise marocaine !

Lorsque Emanuele Gaudiano se qualifia pour le barrage de ce Grand Prix 1*, tout le monde crut qu’il allait ENCORE gagner. C’était sans compter sur le talent de la jeune garde marocaine. Et même si une belge et un français le firent trembler, Othamne Taoui résista jusqu’au bout !

Heu-reux ! C’est tout. Et fier aussi. Othamne Taoui, 23 ans, remporte ainsi sa toute première épreuve internationale, honorant de la plus belle des manières sa première sélection sur le Morocco Royal Tour. Il partage avec nous ses impressions.

C’est donc ta première victoire internationale ?

Oui, la première. Hier j’ai failli gagne mais je n’ai pas eu de chance. La fille qui est passée après moi (la française Marie Eugénie Angles, ndlr) m’a battu de 9 centièmes, très peu. J’ai eu les boules (rires).

Tu as pris ta revanche ?

Oui, entre autres, j’ai essayé de faire de mon mieux pour faire monter le drapeau marocain. C’est une fierté de l’avoir fait, je suis très content. J’ai envie de représenter mon pays du mieux possible et je l’ai fait aujourd’hui. Cela aurait été un autre marocain, ça n’aurait rien changé. J’ai juste envie de voir le drapeau hissé. C’est encore meilleur que ce soit moi. C’est un sentiment indescriptible, je ne saurais pas vous décrire ce que je ressens maintenant.

C’est aussi ton premier concours international ?

Oui, mon tout premier. Je ne monte qu’au Maroc, je n’ai jamais concouru à l’extérieur. C’est aussi ma première sélection. C’est un bon début ! (rires)

Es-tu amateur ou professionnel ?

Je suis amateur, je travaille dans la semaine et dès que j’ai un peu de temps libre, j’essaie de monter. Je suis installé à l’Etrier de Casablanca. Le club a fêté ses 90 ans il y a quinze jours. J’y ai d’ailleurs gagné une épreuve 1,40m avec la même jument, Diva. Je vais en concours dès que je peux.

Tu as toujours rêvé de représenter ton pays ?

Oui, j’ai toujours voulu le faire. Cela fait quatre ans que je viens à pieds. Aujourd’hui, j’ai eu la chance de monter et voilà.

On t’a vu parler avec Kebir après ta victoire. Est-ce un exemple pour toi ?

Pour moi, pour être honnête, c’est le meilleur cavalier marocain. C’est une idole pour moi. Il fait des choses que personne ne pourra faire. Même si on donne Quickly à n’importe qui, on ne pourra pas réussir les mêmes choses avec, ça ne sera pas pareil. Il a le don d’aller chercher des foulées que personne ne peut prendre et ça, ça m’inspire vraiment.

Au barrage, tu as pensé à lui ?

Oui oui, j’ai pris une bonne longue sur le double, je pensais que j’allais me prendre le deuxième plan mais la jument a tout donné, je suis très content d’elle.

Tu la montes depuis longtemps ?

En fait, mon oncle l’avait achetée et je ne l’avais pas aimée. On l’a revendue. Et quand je me suis retrouvé sans cheval pendant une année à galérer, je l’ai rachetée. C’est une très belle histoire. Je compte la garder à la retraite chez moi. Elle a 14 ans, je vais continuer un an avec, la faire pouliner, se reposer un peu.

Quel est ton objectif ?

Monter dans les grosses épreuves en étant amateur. D’ailleurs, le champion du Maroc en titre est amateur. Il a sauté des épreuves 1,50m avec les plus grands, il monte à l’Etrier avec nous, il n’a qu’un seul cheval, il n’a pas de camion, il est étudiant, ça donne envie. On se dit que c’est toujours possible. Je veux aller en 1,50m, inschallah.

Tu sautes la tournée ?

Oui, les trois étapes. Espérons que ça va marcher pour moi, avec une autre victoire (rires).

Maintenant, tout le monde va se méfier de toi ?

Déjà sur le circuit marocain, tout le monde se méfie de moi car je suis pas mal classé dans les rankings. Après les étrangers, je ne sais pas, c’est à eux de voir.

Ils ont dû être surpris non ?

C’est le sport, un jour tu gagnes, un jour tu perds. Il faut garder la tête sur les épaules et faire de son mieux.

Classement complet: CLIQUEZ ICI.

Suggestions

Staut IJRC

Kévin Staut nouveau président à la tête de l’IJRC

C’est acté. L’Assemblée Générale Extraordinaire de l’International Jumping Riders Club (IJRC) s’est tenue ce vendredi …