jeudi 23 janvier 2020
Accueil / Saut d'obstacles / Derby de La Baule: première pour Allen, Patrice Delaveau quatrième
derby

Derby de La Baule: première pour Allen, Patrice Delaveau quatrième

Cela en devient presque lassant tellement le jeune irlandais est prévisible. Lorsqu’il s’agit de vitesse, Bertram Allen est devenu quasi imbattable. Victorieux du Prix du Conseil Général de Loire Atlantique avec son fidèle Romanov, puis du Prix Generali vendredi sur Wild Thing L (déjà !), il s’est imposé sans trembler dans le célèbre Derby de La Baule. Au bout des 25 efforts et 21 obstacles du parcours imaginé par Frédéric Cottier, Bertram a devancé William Whitaker (vainqueur de la Coupe des Nations hier), et le Champion Olympique Steve Guerdat.

Victorieux voici deux ans, Patrice Delaveau avait la difficile mission de partir en n°1, toujours avec sa facétieuse mais terriblement talentueuse Ornella Mail*HDC, celle-là même qui lui a permis d’inscrire son nom en lettres dorées sur le marbre baulois. Discret et humble dans la vie, le normand n’a jamais laissé passer sa chance de gagner. Il a donc relevé le défi et s’est installé en tête avec un temps canon (137’’93) mais deux fautes au compteur. Jugé au barème A chrono, ce derby exigeait donc d’être rapide et sans faute, ce qu’aucun des 24 acteurs ne parvint à faire. Son collègue d’écurie Kevin Staut tenta sa chance mais là aussi, si le chrono fut excellent, deux barres touchèrent le sol (2e au finish). Il suffisait, à qui voulait s’imposer, de jouer la sécurité. Bertram Allen choisit cette option avec sa KWPN Wild Thing L, signant le 3e meilleur temps de l’épreuve…mais avec seulement une faute. Cela lui suffit pour tenir la tête jusqu’au terme de l’épreuve, laissant juste deux cavaliers s’intercaler entre lui et le duo français : William Whitaker (GBR) / Glenavadra Brilliant 2e et Steve Guerdat (SUI) / Nasa 3e, tous deux fautif à une seule reprise.

« Il ne faut surtout pas que ce derby ressemble à un vulgaire parcours de chasse, où il y a 6-7-8 sans faute » a expliqué Frédéric Cottier, le chef de piste. «  Le public vient ici pour voir du spectacle avec des sans faute rares. Cela doit rester une épreuve spectaculaire, difficile. Il ne faut pas oublier que les derbys de La Baule représentent quelque chose de mythique. » De son côté, Bertram savoure sa victoire acquise face à un public très nombreux. « Le parcours ici n’est pas facile, c’est un vrai parcours de derby » a-t-il témoigné. « Wild Thing n’est pas vraiment un cheval de derby, mais il n’a été surpris sur aucun des obstacles. Je ne l’ai pas spécialement préparée pour venir ici. » S’il n’était pas irlandais, nous pourrions dire qu’il est atteint du flegme britannique. Le vrai britannique du jour, c’est William Whitaker, qui pour le coup montait un cheval irlandais appartenant à son père Ian. « C’est vraiment le type de cheval irlandais à l’ancienne » a-t-il avoué, ce qui semble lui convenir puisqu’ils terminaient l’an dernier 3e du célèbre derby d’Hickstead (GBR). « Je savais que Bertram était très rapide, mais après son passage, je n’ai pas eu d’autre choix que d’aller le plus vite possible ». Steve Guerdat, quant à lui, n’imaginait pas une seconde battre Bertram au chrono, mais misait davantage sur un sans faute. Malheureusement, Nasa, sa jument SF, en commit une, le laissant compléter le podium. Le Derby de la Baule semble avoir repris des couleurs, grâce à une météo ensoleillée, mais aussi un public compact, et sans doute aussi un plateau de cavaliers plus important que d’ordinaire. La dotation n’y est sûrement pas pour rien, comme l’a souligné Rémy Cléro. « S’il y a plus de dotation dans ce derby, c’est aussi grâce au soutien de la Région des Pays de la Loire » a tenu à souligner le président du jumping.

A La Baule, Xavier Boudon

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …