mercredi 28 juin 2017
Accueil / Poneys / Disparition tragique de Quibel des Etisses
quibel
Quibel des Etisses rejoint trop tôt le paradis des poneys (photo: Gilles Alleaume)

Disparition tragique de Quibel des Etisses

C’est un terrible drame que vit aujourd’hui la jeune cavalière Sara Brionne. Sa complice fétiche Quibel des Etisses a dû être euthanasiée ce matin afin d’abréger ses souffrances. C’est une perte immense pour Sara mais aussi pour le monde du poney à qui la bouillonnante grise a offert quelques uns des plus beaux moments.

Le monde du poney est en deuil. La ponette grise Quibel des Etisses, malade depuis quelques semaines, a finalement été endormie ce matin. « Après les nombreuses améliorations auxquelles on a assisté, cela faisait quelques jours que Quibel recommençait à avoir de la fièvre » explique Sara Brionne, sa cavalière, sur sa page Facebook. « Des complications ont recommencé à faire surface, hier Quibel nous montrait de forts signes de fatigue… Elle commençait à souffrir ». L’adolescente, dont cette saison était la dernière à poney (elle fêtera ses 16 ans le 25 juillet prochain), a pris la décision la plus difficile de sa jeune carrière. « On ne voulait pas qu’elle parte en souffrant, elle nous a donc quitté ce matin. »

Âgée de seulement 13 ans, la fille de Quidam de Revel avait été débutée par la fille de son naisseur, Audrey Batillat. Confiée à Sara Brionne fin 2014, elle permit à cette dernière d’intégrer rapidement l’équipe de France, notamment lors du CSIOP de Fontainebleau et des Championnats d’Europe 2015 (21ème individuel). Vendue à Alain Leclercq en mars 2015, Quibel a offert à Sara ses plus belles victoires : les Coupes des Nations de Fontainebleau puis d’Opglabbeek 2016. Leur dernière apparition à Fontainebleau en avril dernier se traduisit par une nouvelle victoire dans la Coupe des Nations.

Revenue anormalement fatiguée du Grand Parquet, Quibel déclara dix jours plus tard une pneumo-pleurésie. Soignée à la Clinique du Cheval de Toulouse, elle se remettait gentiment. Mais Sara savait que cela signifiait aussi la fin de sa carrière. Rentrée aux écuries le 10 mai, elle n’aura pas survécu à la maladie qui la rongeait, une infection pulmonaire, malgré les nombreux soins prodigués par son entourage.

Toutes nos pensées vont à Sara, ses proches et tous ceux qui admiraient cette extraordinaire athlète.

Suggestions

CDI3* Pompadour : bonnes performances pour les Français

Après une année d’absence, le CDI 3*, organisé par la Société de concours hippique de …