samedi 19 octobre 2019
Accueil / Autres / Finale de la coupe du monde de Voltige. Andreani euphorique.
voltige
© Alleaume Gilles

Finale de la coupe du monde de Voltige. Andreani euphorique.

La finale de la coupe du monde de Voltige vient de ce conclure au parc des expositions de Bordeaux. Une finale haletante, devant des tribunes quasi comble, et où les Champions du Monde ont tenu leur rang. Retour sur un spectacle grandiose.

Une finale de coupe du monde cela se vit de l’intérieur mais aussi des tribunes. Et le public Bordelais qui vivait la deuxième édition de ses finales a profiter d’un spectacle de haute volée. Au podium individuelle est venu s’ajouter le pas de deux, pour le plus grand plaisir d’une salle attentive.

De Munich à Bordeaux…

Et tout a commencer le 31 octobre dernier en Allemagne. Dans le hall du Csi de Munich longeur et voltigeur s’était donné rendez-vous. Après 5 étapes, Bordeaux accueillait donc la seconde finale de l’histoire de la coupe du monde de Voltige. Et si les individuels étaient dominés par les rois de la discipline, le pas de deux a fait une entrée de toute  beauté.

Jasmin Lindner et Lukas Wacha, seul 10.

En dominant depuis vendredi la finale les autrichiens Jasmin Lindner et Lukas Wacha, était largement attendu par le public Bordelais. Dans un programme digne de cette finale Française, les deux autrichiens ont offert deux minutes de pur bonheur. Applaudi par le public avant même la fin du programme, ovationnés une fois au sol, les deux voltigeurs ont été porté par l’assemblée. Et le public ne s’y était pas trompé, car les juges leurs offres le seul 10 de la finale et la victoire avec une note exceptionnelle de 8.783.

Anna Cavallaro, douceur italienne.

Et le répits fût de courte durée. Passé les pas de deux, les féminines font leur entrée en piste. Toujours dans l’ordre décroisant du classement de la veille, avec trois suisses qualifiées pour la finale, les amazones ont offert là aussi une très belle démonstration.  Déjà victorieuse à Salzburg et Leipzig, Anna Cavallaro en tête du circuit n’aura pas laissé de place à la Suissesse Simone Jaiser et remporte la coupe du monde 2014 comme en 2013.

Andréani, le fou dansant!

Passé ces deux finales, Bordeaux attendaient une seule et unique chose : le duel franco Français entre Jacques Ferrari, champion d’Europe en titre, qui après avoir loupé sa sortie prenait la seconde place vendredi, et le vainqueur de l’édition 2013, le champion du Monde, Nicolas Andréani.

Et le duel fût à la hauteur de l’évènement. Dans deux programmes totalement différent, Jacques Ferrari n’aura pas laissé de possibilité d’erreur à son coéquipier de l’équipe de France. Mais Nicolas Andréani ne cède pas à la pression. Dans un programme basé sur Einstein, qu’il présentera pour les JEM, le génie Andréani à « joué » sa minute tel une véritable pièce de théâtre. Expressif, survolté, aérien, Andréani est à son meilleur niveau dans un programme, jugé comme l’un des plus abouti et ce malgré l’absence de son cheval habituel et une blessure à la main qui l’oblige à modifier sa fin de programme. « Le programme a tout juste trois mois et je ne pensais pas qu’il pouvait m’offrir cette médaille. On a découvert Quiece d’Aunis qui réalise sa première compétition internationale, et il était donc difficile de parier sur la victoire » Une victoire pourtant acquise avec émotion «  il est toujours émouvant pour moi d’entendre la marseillaise, encore plus à Bordeaux pour cette finale. (souriant) et puis je suis plus proche de la fin de ma carrière que du début ». Doublé donc du champion du monde à Bordeaux, conservant son titre et sa suprématie…

A Bordeaux, Damien Kilani

Suggestions

boyd

Jumping de Bordeaux : la septième pour l’Australien Boyd Exell

Même Boyd Exell lui-même ne se souvient plus exactement du nombre de finales de Coupe …