jeudi 21 novembre 2019
Accueil / Près de chez vous / Basse-Normandie / Germain Levallois: l’élevage français perd un patriarche
Germain Levallois entouré de gauche à droite de sa fille Sylvie, sa belle-fille Anne-Sophie, Richard, Micheline et Eric, et de ses petits-enfants (© Xavier Boudon / Pixizone).
Germain Levallois entouré de gauche à droite de sa fille Sylvie, sa belle-fille Anne-Sophie, Richard, Micheline et Eric, et de ses petits-enfants (© Xavier Boudon / Pixizone).

Germain Levallois: l’élevage français perd un patriarche

Germain Levallois a attendu le surlendemain de Noël pour rejoindre ses confrères éleveurs. Disparu dans la nuit du 27 au 28 décembre à presque 82 ans, le manchois laisse un héritage inestimable à ses deux fils Richard et Eric, et a marqué l’élevage mondial de manière indélébile. Il rejoint son étalon fétiche Le Tot de Semilly grâce à qui il a connu de son vivant la fierté d’élever un champion du monde.

Il se battait depuis plusieurs années contre la maladie. Pourtant, dès qu’il le pouvait, il revenait sur le terrain, là où il a passé l’essentiel de sa vie à observer, noter, juger, admirer, et sutout partager sa passion du beau et bon cheval de sport. Installé à Couvains, à quelques kilomètres de Saint-Lô, Germain Levallois a fait naître quantité de très bons chevaux, et surtout d’exploiter ou de donner naissance à deux chefs de race. Ce fut d’abord Le Tot de Semilly. Né en 1977 chez Jules Mesnildrey à 7km de Couvains, de l’union de Grand Veneur et Venue du Tot (par Juriste), Le Tot s’illustre sur les terrains internationaux sous la selle d’Eric Levallois. Champion d’Europe jeunes cavaliers par équipes en 1984 (à 7 ans !), il se classe notamment 3e du Grand Prix et de la Coupe des Nations de La Baule la même année (1987). Il débute la monte en 1985 et laisse, en 20 ans, 1432 produits dont 1084 indicés en saut d’obstacles. Parmi les meilleurs, les fans ont retenu Ashley (Coupe du Monde avec Michael Whitaker), Boléro de Brecey (5 médailles aux Championnats d’Europe juniors et jeunes cavaliers avec Nicolas Delmotte), El Kintot (JEM avec Massimo Grossato), le génial Itot du Château (Edwina Tops-Alexander), Pigmalion du Rozel (Julien Epaillard, et bien sûr, Diamant de Semilly.

L’oeuvre d’une vie

Le fils de Venise des Cresles, élevé au biberon, sauvé in extremis de coliques voici quelques années, galope dans les pas de son père. Et même mieux ! Il a offert à Germain Levallois, de son vivant (c’était en novembre dernier) le titre de meilleur étalon au monde au classement WBFSH. Un sacre qui couronne 40 ans de sélection, de travail acharné, de choix judicieux, le tout dans une humilité qui lui a toujours valu le respect de ses pairs. On ne compte plus les gagnants nationaux et internationaux de Diamant, lui que les Levallois ont sauvé à tout prix de coliques compliquées.

Un Homme de cheval

Pour avoir un peu cotoyé Germain lors des concours d’élevage ou des concours de saut d’obstacles saint-lois, nous ne pouvons que saluer la mémoire d’un homme jamais avare de conseils, de commentaires avisés. Sa discrétion et sa bonhommie, dont quelques autres « anciens » peuvent se targuer encore, ne nous empêcherons pas de constater son absence accoudé à la lice, liste de départ en main. Un visage amical qui rejoint aujourd’hui celui d’autres grands éleveurs qui ont bâti de leurs mains la réputation de l’élevage français. Toute l’équipe de Horse-actu.fr tient à exprimer à ses proches, Micheline, sa femme, Sylvie, Eric, et Richard, ses enfants, nos plus sincères pensées. Une année se termine, une page de l’élevage normand se tourne. Fort heureusement, Diamant et ses descendants perpétueront sa mémoire sur les cinq continents durant de nombreuses années.

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …