samedi 21 septembre 2019
Accueil / Saut d'obstacles / Grand Prix Coupe du Monde: Deusser fan d’Equita
© Alleaume Gilles 2016. LONGINES FEI WORLD CUP™ presented by GL EVENTS. Equita van T Zorgvliet. Daniel Deusser (GER).

Grand Prix Coupe du Monde: Deusser fan d’Equita

S’il y avait aujourd’hui un nom prédestiné, c’était bien celui-ci : Equita van’t Zorgvliet. La jument bai restait sur une victoire au Los Angeles Masters, et a offert à son cavalier Daniel Deusser (GER) un nouveau succès probant. Le couple totalise 3 victoires en grand prix 5* cette saison. Il s’impose devant les vainqueurs d’Helsinki, Romain Duguet (SUI) et Quorida de Treho, 2es, et Lorenzo de Luca (ITA) avec Ensor de Litrange LXII. Olivier Robert, brillant 5e, termine meilleur français.

Cette édition 2016 du Grand Prix Coupe du Monde de Lyon a réservé son lot de surprises, bonnes et mauvaises. Le parcours dessiné par Frank Rothenberger a entraîné des fautes à peu près partout. Mais ce fichu n°1 a tout de même été la bête noire d’un nombre conséquent de candidats au barrage. L’adage dit qu’une faute au n°1 est une faute de paddock. Vu ceux qui s’y sont laissés piéger, on en doute un peu. Citons le pauvre Marcus Ehning, dont le cheval Prêt A Tout a littéralement mis les genoux dedans, poussant l’allemand à l’abandon après le n°2. Sa hauteur constituait déjà une bonne explication : 1,60m. D’ordinaire là pour lancer les chevaux, ce n°1 a davantage couper les jambes de pas mal d’entre eux, comme le soulignait une propriétaire. Des distances parfois complexes, des lignes courbes difficiles, des oxers larges et peu appétissants n’ont pas empêché le chef de piste d’atteindre la statistique parfaite : 8 barragistes sur 40 partants.

Olivier Robert en chef de file

5e à Helsinki, le cavalier du sud-ouest peut en ce moment compter à 200% sur Quenelle du Py. L’alezane est dans une forme exceptionnelle, et les pistes indoor semblent beaucoup lui plaire. Ce n’est donc pas un hasard si le couple a signé le premier parcours sans faute, pour le plus grand plaisir du public. Philippe Rozier n’eut pas cette chance. Avec son olympique Rahotep de Toscane, il fit chuter une barre, tandis que Jeroen Dubbeldam (NED) avec son fameux Zenith en entraîna deux à terre. Le public attendit jusqu’au 18e passage pour se dire enfin qu’il verrait un barrage grâce à Shane Breen (IRL) et Golden HawK.

Sans doute motivé par la réussite de son compatriote, Denis Lynch (IRL) s’envola lui aussi pour la finale au chrono. Puis les sans faute se firent plus fréquents, comme si depuis le paddock les cavaliers restants avaient enfin compris les secrets du parcours. Duguet, Delestre, Deusser, Staut et enfin de Luca se joignirent à la fête.

Un barrage galopant

Il fallait de l’amplitude pour espérer accrocher le podium. Quenelle du Py en a à revendre, et si son modèle laisse parfois songeur, la voir allonger le galop au barrage fut un réel plaisir. Olivier Robert a tout bonnement joué crânement sa chance et cela lui réussit. Sans faute en 44″96, le français savait qu’il allait empocher des points précieux pour le classement. Golden Hawk n’a ni la rapidité ni l’expérience de l’Anglo-arabe. Shane Breen le sait et fit de son mieux, soit deux fautes. All Star, lui, est connu pour être très rapide. Le grand hanovrien n’a pas que de la force, il avale du terrain à chaque foulée ! Pourtant, sur la ligne d’arrivée, il ne donna que 39 centièmes d’avance à Denis Lynch, un chrono envisageable pour certains.

Romain Duguet (SUI), victorieux le week-end dernier à Helsinki, savait qu’en cas de victoire ou de podium, il prenait une bonne option sur la qualification pour la finale. Quorida de Treho, comme Quenelle du Py, sauta de manière incroyable, donnant tout. 43″68, moins d’une seconde d’avance, cela suffit pour s’installer en tête. Le public lyonnais, peu chauvin, espérait tout de même voir un tricolore se battre pour la victoire. Simon Delestre partit en trombe avec Chesall, et s’il n’était pas tombé aux pieds du deuxième élément du double, nul doute qu’il serait passé devant. Fort heureusement, après un long galop un peu déboussolé, Chesall fut récupéré sain et sauf.

L’écurie Stephex de Stephan Conter disposait de quatre représentants dans cette épreuve, et deux étaient au barrage. Joli score qui pouvait se solder par une belle moisson de points Coupe du Monde. La dernière fois que Daniel Deusser (GER) et Equita van’t Zorgvliet prirent part à un grand prix, c’était en septembre au Los Angeles Masters, et cela s’était soldé par un succès. Le grand allemand prit une option que personne n’osa, sautant le vertical FEI quasi de pieds fermes. Tout son tracé fut à l’avenant, et cela suffit à grappiller les quelques centièmes nécessaires pour prendre la tête.

Dernière chance française, Kevin Staut et son olympique Rêveur de Hurtebise. L’alezan sautait bien, avec de la marge, et Kevin aime cette grande piste où il fut si souvent ovationné. Malheureusement une faute les priva d’une victoire certaine puisque le chrono s’arrêta sur 42″65…! Second cavalier Stephex, Lorenzo de Luca (ITA) est certes moins expérimenté que son collègue Deusser, mais sait comment ajuster les barrages. Victorieux du Grand Prix 5* de Dublin cet été avec ce même Ensor de Litrange LXII, l’italien est parvenu à se hisser sur le podium.

Classement complet: CLIQUEZ ICI.

Au classement général Coupe du Monde, Romain Duguet (SUI) garde sans surprise la tête avec 37 points, devant Pieter Devos (BEL) et Meredith Michaels-Beerbaum (GER), tous deux absents de Lyon. Daniel Deusser (GER) entre au classement à la 6e place, tandis que Shane Breen (IRL) intègre le top 10. Kevin Staut, 11e, est le meilleur français devant Olivier Robert (14e) et Simon Delestre (15e).

Classement complet: CLIQUEZ ICI.

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …