jeudi 21 novembre 2019
Accueil / Saut d'obstacles / Grand Prix Rolex – Versailles: Pedro comme un cabri !

Grand Prix Rolex – Versailles: Pedro comme un cabri !

Au Brésil, on aime le vert anglais. C’est sans doute pour ça que les brésiliens gagnent les épreuves aux couleurs de…Rolex, et que le plus connu des cavaliers brésiliens, Rodrigo Pessoa, fait partie des ambassadeurs de la marque horlogère. En tout cas, si Pedro Veniss n’a pour l’heure pas encore intégré le team de champions de la marque vert et or, les Grands Prix Rolex semblent lui réussir. En effet, après le Rolex Grand Slam de Genève en décembre, il remporte d’un crin cette première édition versaillaise.
« Je suis vraiment très heureux de gagner ici » a-t-il déclaré tout sourire. « Quabri a sauté merveilleusement tout le week-end ». Car cette victoire, Pedro la doit aussi à son partenaire, le bel étalon Quabri de l’Isle. Le fils de Kannan – oui, encore un – est un produit de l’élevage manchois, plus particulièrement de la famille Poisson. De cette souche solide, Quabri a gardé non seulement la robe (issue de son grand-père maternel Socrate de Chivré) mais aussi le courage. Et visiblement, son cavalier a bien compris que l’alezan brûlé allait l’emmener très loin.
Une inspiration royale
Du courage, il en fallait pour s’imposer dans un barrage au millimètre imaginé par Uliano Vezzani. Autant l’italien s’est trompé à Bordeaux, autant il a offert ce week-end une partition quasi parfaite. Aucune catastrophe, des parcours fluides malgré les distances courtes, assez de sans faute pour garantir le ‘spectacle’, disons-le clairement, le maestro a trouvé l’inspiration. De ce point de vue, la jeune japonaise Karen Polle n’a pas eu de difficultés à trouver les clés du barrage. C’est un peu la révélation de la scène internationale, et avec cette 3ème place, elle a sans aucun doute attiré l’attention des médias. Première à signer le double sans faute, elle s’est toutefois rapidement faite doubler par Pedro Veniss. Avec un Quabri de l’Isle au top de sa forme, le brésilien a survolé le barrage. Et même s’il eut beaucoup de chance lorsque Denis Lynch franchit la ligne d’arrivée avec un minuscule centième de retard, il méritait sa victoire.
Côté français, ce premier Versailles affiche un bilan mitigé. Certes, le redoutable Julien Epaillard a remporté deux épreuves de vitesse, l’une sur Safari d’Auge, l’autre sur Toupie de la Roque. Cette dernière, arrivée dans les écuries du normand seulement en début de semaine, s’est retrouvée propulsée cheval de tête. Malheureusement, une petite faute dans le Grand Prix la prive d’un barrage dont elle a les moyens. Olivier Robert, héros du vendredi soir, a lui aussi échoué de peu avec Eros (4 points), tout comme Pénélope Leprévost et l’étalon des Mégret, Vagabond de la Pomme. Seuls Philippe Rozier (Rahotep de Toscane), Kevin Staut (Silver Deux de Virton) et Patrice Delaveau (Aquila) se qualifièrent. C’est ce dernier qui termine meilleur tricolore, 5ème, une bonne nouvelle pour celui dont le piquet est plutôt mal en point ces temps-ci.
Ce premier Jumping International du château de Versailles se referme donc comme il s’est ouvert : sur une victoire brésilienne. C’est la rencontre de deux générations de cracks cavaliers – Rodrigo Pessoa et Pedro Veniss  -. C’est aussi celle d’un événement sans équivalent dans le monde équestre, avec une histoire prestigieuse et un univers sublimé par la beauté des lieux. L’équipe de MG Events peut s’enorgueillir d’avoir réussi son pari, replacer le cheval au coeur de Versailles dans la perspective elle-aussi un peu folle d’accueillir les JO 2024.
Pour l’heure, l’équipe d’organisation donne rendez-vous à tous du 13 au 16 juillet pour le traditionnel et non moins historique Jumping International de Chantilly.
Classement complet: CLIQUEZ ICI.

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …