jeudi 19 septembre 2019
Accueil / Saut d'obstacles / Grand Prix: après Versailles, le Brésil danse à La Baule !
junqueira
Pedro Junqueira Muylaert inscrit son nom au palmarès du prestigieux Grand Prix de La Baule ! (photo: Gilles Alleaume)

Grand Prix: après Versailles, le Brésil danse à La Baule !

Les 12.000 spectateurs de l’Officiel de France ont assisté de nouveau à du très beau sport. Sous un magnifique soleil, et devant des tribunes bondées, 50 couples se sont battus pour se qualifier pour le barrage. 8 trouvèrent la clé du tracé de Frédéric Cottier, et pas forcément les favoris. Et c’est justement un outsider qui s’impose : le brésilien Pedro Junqueira Muylaert. Il bat sur le fil Patrice Delaveau, de retour en grâce au plus haut niveau.

Les week-ends se suivent et se ressemblent. Après Versailles, La Baule tombe aux mains d’un brésilien. Mais si le public connaissait assez bien Pedro Veniss vainqueur au château, celui-ci n’avait encore jamais vu évoluer son compatriote Pedro Junqueira Muylaert. Mais lorsqu’il se qualifié pour le barrage, ceux qui le connaissaient – notamment ses compatriotes Pedro Veniss et Rodrigo Pessoa – savaient que ce grand prix était à sa portée. Ce dimanche 14 mai était SON jour, celui qui lui permet de gagner son tout premier grand prix 5*. Car jusqu’à aujourd’hui, le brésilien n’avait remporté que 7 épreuves internationales dont 2 grands prix de niveau 2*. Au-delà de cette statistique, Pedro Junqueira Muylaert (notez bien son nom, nous risquons de le croiser quelques fois à l’avenir) impose un style, celui d’un cavalier n’ayant rien à perdre, capable de battre les meilleurs sur leur propre terrain, et quel terrain ! Sa performance est d’autant plus incroyable qu’il ne monte Prince Royal Z que depuis quelques mois. En effet, le fils de Prince de Revel était associé à l’uruguayien Nestor Nielsen van Hoff jusqu’aux Jeux Olympiques de Rio.

« C’est incroyable de monter ici, c’est le plus beau jour de ma vie » a déclaré Pedro, ému, lors de la remise des prix. Son sourire et sa simplicité ont éclipsé la très belle 2ème place de Patrice Delaveau. Le normand, parti en n°1 sur le barrage, montra qu’il formait désormais un couple ultra compétitif avec Aquila. Les supporters tricolores crurent longtemps à sa victoire finale. Il résista même au hollandais en forme du moment, Maikel van der Vleuten, qui échoua à 30 centièmes. Mais cette année, Patrice s’est vu privé d’un 4ème sacre baulois par un brésilien de 31 ans, 406ème mondial, d’ordinaire installé en Floride et venu en Europe 3 fois dans sa carrière….! « Je ne pensais pas rattraper le temps de Patrice. Mais mon cheval fait toujours de son mieux, elle n’a peut-être pas montré la technique qu’on aurait aimé voir, mais il a très bien sauté et a été très rapide. C’est un cheval incroyable que j’ai acheté fin d’année dernière à un ami et avec qui j’ai appris à connaître pendant la tournée de Wellington » a témoigné Pedro après coup.

Patrice Delaveau, quant à lui, est très satisfait du comportement d’Aquila. Et même si ses propriétaires ne semblaient pas tout à fait heureux de se faire doubler au dernier moment, le vice-champion du monde voit enfin poindre le fruit de son travail de quelques mois. « Il ne faut pas brûler trop d’étapes avec Aquila. Il ne courra pas le CSIO5* de St Gall par exemple, je vais aller à son rythme » a-t-il expliqué. « Dès le début, ça a bien fonctionné. Depuis 2-3 concours, les choses se confirment. Nous allons enchaîner avec St Tropez et Cannes« .

Frédéric Cottier, le chef de piste emblématique de La Baule, avait imaginé un Grand Prix 2017 délicat, précis, qui demandait aux concurrents de bien gérer leur parcours. Celui-ci se découpait en trois phases. La première sans véritable difficulté, la seconde dès le n°5, un gros oxer suivi d’un virage à gauche renvoyant vers un double oxer / vertical à une foulée où beaucoup firent chuter une barre, et enfin la fin du parcours avec le triple Longines en n°12 suivi d’un gros oxer. Si le triple en général se passait bien, les chevaux semblaient un peu émoussés en fin de tour. Julien Epaillard et Olivier Robert furent notamment victimes de cet ultime obstacle. Toutefois, au terme du premier tour, nous pouvions affirmer sans hésiter que ce parcours était parfaitement conçu.

Classement complet: CLIQUEZ ICI.

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …