jeudi 21 novembre 2019
Accueil / Saut d'obstacles / LGCT Chantilly: les trois Fantastiques !
lgct
© Gilles Alleaume

LGCT Chantilly: les trois Fantastiques !

« Lorsque l’on dispose d’un tel site depuis… le XVIIe siècle, que l’on est étape du Longines Global Champions Tour, que la météo est de la partie et surtout que l’on a un tel public, pour rater un tel événement, il faudrait vraiment être très mauvais… or j’ai la prétention d’être entouré d’une équipe qui est loin d’être mauvaise. Alors, oui, dans ces conditions, ce jumping ne peut être qu’une réussite », se réjouissait Gérard Manzinali, président de Chantilly Jumping. Une réussite dont le dénouement du Grand Prix Longines Global Champions Tour aura été la cerise sur ce beau gâteau.

Car le scénario de cette 10ème étape du prestigieux circuit dans ce décor historique, sur la plus grande piste en herbe du circuit restera gravé dans les mémoires. Quoi de plus idéal lorsque l’histoire se termine par un barrage à trois et donc où tous les acteurs finissent sur le podium. C’est ce qu’a concocté samedi à Chantilly l’artiste chef de piste, l’Italien Uliano Vezzani avec cette conclusion entre Francophones : le Belge Grégory Wathelet, la Française Pénélope Leprévost et le populaire Marocain Abdelkebir Ouaddar. Ce dernier, à l’applaudimètre, n’avait rien à envier à la cavalière française. Qui a dit que le public français était chauvin ? Mais ce fut finalement le Wallon Grégory Wathelet qui mettra tout le monde d’accord et évitera à ce public fantastique d’avoir le cœur déchiré entre la belle Normande et le sémillant Marocain.

Pourtant, Wathelet partait en première position dans ce barrage. Un parcours où, pour faire plaisir au public, Uliano Vezzani avait offert une longue galopade pour aller sauter le dernier oxer : « Quelque chose que je réserve pour la grande piste de Chantilly ». Une configuration qui a le don de chauffer l’ambiance. Wathelet n’est pas homme à réfléchir deux fois et lança son brave Conrad de Hus à fond dans la bataille : « Je ne sais pas si j’aurais pu être plus rapide, sans doute, oui… Mais je vous promets que j’ai fait le maximum car je savais que Pénélope allait être très rapide et Kébir… encore plus rapide. Donc, je n’avais pas le choix et j’ai pris des risques. En tout cas, je tiens à dire que gagner ici à Chantilly, devant un tel public qui reste jusqu’au bout et qui nous fait la fête lors de la remise des prix est quelque chose que l’on ne voit pas partout. C’est aussi pour vivre de tels moments que l’on fait ce sport ».

Le choix de Grégory Wathelet était le bon car effectivement ses deux adversaires ont été très très rapides. Pénélope Leprévost a sans doute inconsciemment levé le pied après sa faute intervenue très tôt, mais la Normande était loin d’être amère, toute heureuse de cette troisième place et surtout du très bon comportement de Vagabond de la Pomme et préférait s’amuser de cette situation où elle a été dominée par deux hommes : « Ils n’ont pas été très galants, je leur avais pourtant demandé avant, mais il ne m’ont pas écoutée. Mais je suis heureuse du comportement de Vagabond ici, c’est seulement son deuxième concours depuis Las Vegas (où elle avait terminé 2ème de la finale de la Coupe du monde en avril dernier ndlr.) Il n’avait pas encore sauté sur de l’herbe depuis le début de cette année et il m’a fait plaisir ici. Après, c’est moi qui n’ai pas été à la hauteur » !

Cette modestie typique du cavalier (il n’y a pas de sport où l’on doit rester plus humble que l’équitation), on la retrouvait également dans les propos d’ Abdelkebir Ouaddar qui s’attribuait cette unique faute du week-end sur l’ultime obstacle du barrage… Une faute qui n’a finalement rien changé à l’histoire car le Marocain et son bouillant Quickly de Kreisker étaient de toute façon battus de 33 centièmes : « Cette barre j’aurais pu l’éviter, c’était de ma faute car j’ai mal négocié ma foulée. J’aurais bien aimé ne pas faire cette faute, mais je suis désolé, je n’ai pas pu ! » Abdelkebir Ouaddar aime faire rire et sa décontraction avant son barrage était étonnante lorsqu’il a répondu à l’ovation du public par un grand sourire avant de s’élancer pour son premier podium LGCT : « Être deuxième de ce Global Tour de Chantilly est quelque chose de formidable dans ma carrière. C’est un circuit extraordinaire et je tiens à tirer mon chapeau à Jan Tops et aux organisateurs de Chantilly. C’est beau ce sport » !

Communiqué RB Presse

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …