jeudi 19 septembre 2019
Accueil / Saut d'obstacles / Omaha: Ward, le sacre tant attendu !
podium
Le trio vainqueur de cette édition 2017 : Romain Duguet, McLain Ward et Henrik von Eckermann (photo: Liz Gregg / FEI)

Omaha: Ward, le sacre tant attendu !

Impérial. L’américain a tout simplement dominé de la tête et des épaules le parterre de stars de cette 38ème finale Coupe du Monde. Avec une HH Azur dans une forme olympique, McLain Ward a enfin décroché – après 16 participations infructueuses ! – la Coupe du Monde ! Contre toute attente, Romain Duguet a éclipsé son compatriote Steve Guerdat pour s’emparer de la 2e place devant Henrik von Eckermann (SWE). Kevin Staut a redressé la barre lors de les deux dernières manches et termine 11e et meilleur français, quelques places devant Simon Delestre (14e) et Eric Navet (19e).

C’est une première et pourtant, cela faisait 17 finales que l’américain disputait. Depuis sa première participation en 1995 à Göteborg (SWE) où il finit 10e associé à Orchestre, il ne parvint jamais à remporter le titre. Sa plus belle campagne fut celle de 2009, à Las Vegas, avec son mythique Sapphire, avec qui il prit le départ de 4 finales. Il fut malchanceux à Rio où il partait favori tant il avait impressionné durant les mois précédents. Il avait largement économisé HH Azur en vue de l’échéance brésilienne, mais son rêve s’arrêta en finale individuelle, non sans avoir tout de même glané une médaille d’argent par équipe.

Cette fois, plus déterminé que jamais, le natif de Brewster (Etat de New York) savait qu’il avait toutes ses chances cette année. Devant son public, prompt à vibrer et supporter ses représentants, McLain, venu en famille vivre l’événement, a donné l’impression de voler. Autant que sa jument belge HH Azur, alias Azur Garden’s Horse, qui n’a pas touché une barre de la finale. Achetée en partie à François Mathy début 2015 par Double H Farm, propriété de Jeannie et Hunter Harrison, confirme sa classe mondiale. Harrison, ancien patron de la société de chemin de fer Canadian Pacific (CP) et désormais à la tête de CSX (société de chemin de fer basée en Floride et possédant 34.000km de voies), a pu savourer une victoire couronnant des années d’investissement auprès des sports équestres. Au passage, précisons que les Harrison ont notamment acheté un certain Conrad de Hus, rebaptisé HH Conrad, confié à leur cavalier Quentin Judge.

7 à la maison sans encombre

Le chef de piste de cette finale, Alan Wade, signa des parcours exemplaires, techniques mais respectueux des chevaux, offrant un suspens digne d’un grand film hoolywoodien. Et même si cela ne s’est finalement joué qu’à une barre, McLain Ward a tout simplement incarné l’archétype du super-héros. Froid dans l’adversité, généreux dans l’effort, avec ses failles aussi, il a somme toute offert à l’Amérique le 10e trophée de l’histoire du circuit. Il succède ainsi à Beezie Madden (2013), dernière représentante de la bannière étoilée à l’avoir emporté.

Auteur d’un double sans faute lors de la finale en deux manches, Ward est tout de même resté sous pression jusqu’au bout. Beaucoup d’européens croyaient en Grégory Wathelet. Mais Forlap fauta une fois sur chaque parcours, laissant passer cinq couples devant lui. A commencer par un suisse, mais pas celui que l’on attendait. S’il avait réalisé lui-aussi un double 0, Steve Guerdat serait monté sur la 3e marche du podium. Mais Bianca fauta en première manche, laissant le soin à Romain Duguet, auteur d’un double sans faute, de maintenir McLain sous pression, y compris au niveau du chrono. Car le franco-suisse, associé à la SF Twentytwo des Biches, boucla l’ultime parcours avec une demie seconde de moins que l’américain. Une barre aurait suffit pour briser les rêves de victoire ! A égalité avec Guerdat avant hier, Henrik von Eckermann signa également un double 0 qui le propulsa à la 3e place finale sur sa petite Mary Lou 194.

Et les français dans tout ça..?

C’est finalement Kevin Staut qui s’en sort le mieux. A 16 points à l’issue de la deuxième épreuve, le normand s’est amplement rattrapé lors des deux dernières manches hier avec un double sans faute. Rêveur de Hurtebise peut s’enorgueillir d’appartenir au petit club des 7 double 0 de cette finale. Le couple finit 11ème, 3 places et 7 points devant Simon Delestre. Le lorrain, auteur d’un sans faute sur le premier round, n’a pas réussi à renouveler la performance (8 points). Eric Navet, quant à lui, a régalé le public jusqu’au dernier parcours. Qualifié lui-aussi pour la dernière manche, il ajoute 5 puis 4 points à son total pour terminer 19ème. Pas mal pour un retour !

Classement final: CLIQUEZ ICI.

Tous les résultats de la finale en détails: CLIQUEZ ICI.

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …