vendredi 15 décembre 2017
Accueil / JO / JEM / Paris 2024: Versailles résonnera-t-elle au son des sabots ?
paris_2024
Les cavaliers mobilisés pour la candidature de Paris 2024 (photo: Gilles Alleaume)

Paris 2024: Versailles résonnera-t-elle au son des sabots ?

Comme nous vous l’annoncions il y a peu en exclusivité, Los Angeles renonce officiellement à organiser les Jeux Olympiques de 2024 afin de mieux se préparer à accueillir ceux de 2028 (LIRE ICI). Un accord a été trouvé entre le comité organisateur et le CIO, faisant de Paris la dernière candidate en lice pour les JO 2024. Versailles verra-t-elle revenir les chevaux au galop ? Réponse en septembre.

Le 8 juin dernier, nous vous annoncions que le comité de candidature de Los Angeles, via son président Casey Wasserman, envisageait fortement de se retirer de la course à l’organisation des Jeux Olympiques de 2024 afin de, pourquoi pas, se concentrer sur l’édition 2028. La ville californienne estimait alors qu’il serait plus raisonnable de se donner davantage de temps pour se préparer à accueillir le plus grand événement sportif de la planète. Certains confrères généralistes s’en étaient faits l’écho discrètement. Toutefois, face aux dissensions au sein même du comité américain, et à l’absence de réaction du comité français, les bruits de couloirs s’étaient éteints progressivement…jusqu’à hier soir.

En effet, le comité portant la candidature de la ville américaine a annoncé son retrait officiel de la course aux JO 2024 après avoir trouvé un accord avec le Comité International Olympique. En réalité, le maire de Los Angeles Eric Garcetti, réélu au printemps, avait déjà lâché l’information dans un court message posté le 27 juillet. Cette stratégie, esquissée par les cadres du comité californien voici des mois, résulte d’une volonté affichée d’établir un véritable partenariat avec le CIO visant à mener un large programme d’investissement étalé sur 11 ans ayant pour but de rendre Los Angeles tout simplement incontournable en vue des JO 2028.

A cela plusieurs raisons, la plupart financières. Si Tokyo a reçu une aide d’un milliard de dollars pour les JO 2020, Paris devrait bénéficier d’une dotation du CIO située entre 1,5 et 1,7 milliard de dollars, et Los Angeles près de 2 milliards. Ensuite, l’autorisation d’utiliser le symbole olympique pourrait être accordée dès à présent. Los Angeles engrangerait alors pendant 11 ans des revenus non négligeables. Enfin, Los Angeles disposerait ainsi d’un délai très important pour prospecter des partenaires privés qui bénéficieraient eux aussi d’une durée d’utilisation de la marque « Los Angeles 2028 » plus importante.

Cette fois, c’est donc (presque) officiel. Los Angeles organisera les JO 2028 en accord avec le CIO, tandis que Paris demeure seule candidate à ceux de 2024. L’attribution sera entérinée officiellement lors de la réunion du CIO en septembre à Lausanne.

L’équitation à Versailles ?

Selon toute vraisemblance, le dossier des JO Paris 2024 prévoit d’installer les épreuves équestres au sein du Château de Versailles, concours complet inclus (dans le magnifique parc). La visite du CIO en juin sur ce site exceptionnel a confirmé le choix technique du comité parisien. Pendant ce temps, le maire de Lamotte-Beuvron caresse le doux rêve d’accueillir en son fief les épreuves olympiques. La Fédération Française d’Equitation préfère pour le moment garder sa position : offrir des infrastructures idéales à la préparation des équipes et à l’hébergement de celles-ci avant, pendant et après l’événement. Le Parc Equestre Fédéral serait alors la base arrière officielle des JO. La construction d’un manège aux dimensions olympiques ainsi que de nouvelles pistes et écuries répondant aux exigences les plus hautes vont dans ce sens. Où qu’ils se déroulent, ces JO du 21ème siècle apporteront un bol d’air inespéré à la France et au mouvement sportif en général. Souhaitons juste que l’héritage soit plus réel que celui des JEM 2014 en Normandie.

Suggestions

Staut IJRC

Kévin Staut nouveau président à la tête de l’IJRC

C’est acté. L’Assemblée Générale Extraordinaire de l’International Jumping Riders Club (IJRC) s’est tenue ce vendredi …