jeudi 19 septembre 2019
Accueil / Saut d'obstacles / Règlement FEI: le coup de gueule de Stephan Conter
conter
Stephan Conter prend fermement position contre la réforme FEI (photo: Gilles Alleaume)

Règlement FEI: le coup de gueule de Stephan Conter

Le patron de Stephex, entreprise prospère intervenant dans la production de camions / vans (STX), l’organisation de compétitions internationales (Knokke, Bruxelles) et la valorisation/vente de chevaux de sport (Stephex Stables), a pris le temps de la réflexion…et cela valait le coup ! A lire et analyser !

Croisé lors du Saut Hermès, il semblait ne pas vouloir encore s’exprimer sur la ‘bombe’ lâchée quelques jours plus tôt. L’homme est du genre à bien poser les données des problèmes avant de donner son avis. Il a ainsi rencontré de multiples acteurs du sport, cavaliers, organisateurs, officiels et s’est même rendu – preuve de son souhait de dialogue et d’objectivité – au Sport Forum à Lausanne. Hélas, comme la plupart des observateurs, il en a conclu que la FEI et ses membres éminents n’avaient pas l’intention d’entendre les voix qui s’élevaient depuis des semaines contre un projet inégalitaire. Il est surprenant qu’il soit le premier et le seul à ce jour à dénoncer officiellement l’inaction de la FEI après ce Sport Forum très politiquement correct. Stephan Conter a bien souligné dans des termes à peine voilés la langue de bois du vice-président de la FEI et président de la commission CSO John Madden. Ce dernier tire en grande partie les ficelles de cette réforme depuis le début, lui qui rêve un jour de présider ladite FEI et ainsi asservir les sports équestres aux principes du système américain.

Loin de se contenter de soulever les conséquences engendrées par le nouveau règlement FEI, Stephan Conter formule plusieurs pistes de réflexion et propositions dont voici un extrait :

– un système permettant aux cavaliers et chevaux de progresser dans le classement mondial sans avoir à débourser des millions.
– des règles garantissant l’égalité de traitement des organisateurs.
– des règles communes pour les 4* et 5* sans considération de dotation, luxe et autres paillettes, avec un même nombre de points FEI attribués pour les niveaux sportifs équivalents (et non des points liés à l’argent mis en jeu).
favoriser la création de nouveaux 5* en abaissant la dotation minimale requise à 150 000€, facilitant l’accession progressive des cavaliers au haut niveau.
– la refonte des Coupes des Nations, par la fusion de la coupe et du grand prix en une seule épreuve donnant lieu à deux classements (par nations et individuel donnant droit tous deux à des points FEI).
créer une catégorie 6* pour les plus grands événements (Calgary, Aix, Genève, la finale du GCT, les JEM, etc.) avec davantage de points FEI à la clé.

Pour cela, il réclame un moratoire jusqu’en 2018 afin de redéfinir les principes fondamentaux des règles FEI et prendre ainsi en compte la diversité des cas de figure rencontrés dans le milieu.

Relativement influent dans le milieu, capable de s’opposer aux grands argentiers, Stephan Conter prend ses responsabilités et cela fait du bien. Pourvu qu’il soit entendu. A en juger par le nombre de réactions sur les réseaux sociaux, il se pourrait bien que son pavé jeté dans cette mare nauséabonde n’oblige la FEI à rétro-pédaler. En tout cas, beaucoup l’espèrent.

LIRE LA LETTRE COMPLETE (en anglais)

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …