lundi 24 septembre 2018
Accueil / Saut d'obstacles / Riders Masters Cup de New York : Les Riders Europe ont conquis l’Amérique !
york
© RB PRESSE

Riders Masters Cup de New York : Les Riders Europe ont conquis l’Amérique !

Quel match ! Si les Riders Europe ont remporté à New York la seconde édition de la Riders Masters Cup, le grand vainqueur de cette soirée au NYCB LIVE, c’est bien le concept même de cette compétition exaltante de bout en bout, facilement compréhensible et qui a tenu en haleine les spectateurs à peine déçus de la défaite des leurs. Scénario de la soirée…

Les duels de la première manche, sur un barème A au chronomètre, donnaient un point à chaque vainqueur. Kévin Staut fut le premier à marquer face à McLain Ward. Un avantage qui allait se confirmer au fil de cette première série de cinq battles sur un parcours de 12 obstacles dont un triple. Seul Grégory Wathelet s’est fait surprendre par Beezie Madden, enfin par son étalon MJT Nevados S auteur d’une petite faute. Ainsi, les #Riders Europe menaient 4 – 1 à la mi-temps, un avantage qui permettait au coach européen, Philippe Guerdat, de choisir trois des cinq adversaires de ses cavaliers pour la seconde manche au barème C où, cette fois-ci, chaque victoire donnait deux points. Tout pouvait être remis en question ! Guerdat choisissait de lancer son « U25 », le Belge Olivier Philippaerts en premier dans la bataille face à Laura Kraut, préférant sacrifier le cheval le moins rapide de son équipe : un choix qui permettait aux #Riders USA de remonter à 3 – 4. Les choses se sont encore un peu plus compliquées pour les #Riders Europe quand Ayade de Septon*HDC, un peu tendue par l’ambiance du NYCB LIVE, faisait tomber une barre : Kevin Staut perdait ainsi son duel et permettait à Beezie Madden de marquer deux autres points pour les #Riders USA qui prenaient alors le commandement : 5 – 4. Une pression que Georgina Bloomberg augmentait en signant un très rapide sans-faute avec Paola : Grégory Wathelet n’avait pas d’autre choix que d’aller encore plus vite, ce qu’il paya de deux fautes : 7 – 4 pour les #Riders USA qui pouvaient commencer à sentir le savoureux goût de la revanche. Mais dans ce sport, rien n’est jamais joué avant le dernier parcours. Il ne restait plus qu’une seule option pour les #Riders Europe : remporter les deux derniers duels. Première partie du contrat remplie par le Champion d’Europe Peder Fredricson aux dépend de la « U 25 » des #Riders USA, Adrienne Sternlicht qui s’est pourtant farouchement battue jusqu’au bout, menaçant le chrono du Suédois mais accrochant le dernier obstacle avec Pembroke.
7 – 6 ! La décision allait donc se faire sur le dernier duel entre un ancien et le futur n°1 mondial : McLain Ward et Harrie Smolders. Le scénario parfait ! L’Américain ouvrait le bal avec HH Gigi’S Girl. Un parcours qui semblait prudent, mais avec des virages courts et finalement le meilleur chrono jusqu’alors : 54″82. Le sort de l’Europe allait dépendre de la vitesse de Cas 2, le cheval d’Harrie Smolders. La vitesse, un art que maîtrise complètement le cavalier néerlandais qui a parfaitement supporté le poids de l’Europe qu’il avait sur les épaules : 52″91 !!! Quel spectacle et quel dénouement puisqu’il a fallu attendre ce dernier parcours pour connaître le résultat final : 8-7 pour les #Riders Europe et deuxième victoire en deux matchs. La grande histoire de la Riders Masters Cup est bel et bien lancée et les #Riders USA attendent déjà le Longines Masters de Paris avec impatience et parlaient déjà de revanche.

Les jeunes cavaliers dans le grand bain

Les U25 ont donc eu leur rôle dans cette Riders Masters Cup. En leur réservant une place dans chacune des équipes, EEM montre ici sa volonté et sa philosophie de donner aux nouvelles générations l’opportunité de booster leur accession au haut niveau. Avant ce choc des continents, un Grand Prix leur était même réservé. C’est une jeune cavalière du New Jersey, Catherine Wachtell, âgée de 23 ans et coachée par le cavalier international Todd Minikus qui remporte ce U25 Grand Prix EEM, Fondateur de la série Longines Masters à Paris, Hong Kong et New York.

Samantha Cohen, sa dauphine, une élève de la Championne olympique Laura Kraut. Samantha est encore junior puisqu’elle n’est âgée que de 17 ans. Deuxième avec Carmen, elle devance une autre Américaine, Samantha Wight, 20 ans, et 3ème avec Edison.
Une chance inouïe pour ces jeunes cavalières et cavaliers que d’évoluer dans un tel contexte international. « U 25 » également, le Français Edward Lewy, a pu quant à lui prendre part aux épreuves Masters One où il s’est distingué comme ce matin où il prenait, avec son cheval français de 13 ans, Rafale d’Hyvernière, la 3ème place de la MASTER ONE KINGSLAND remportée par Harrie Smolders… EEM, un accélérateur de talents !

On retrouvera Edward Lewy, mais également Adrienne Sternlicht, ou encore Olivier Philippaerts demain dans le Longines Grand Prix de New York à partir de 15H00. Un rendez-vous auquel le cavalier français Patrice Delaveau tient à être à l’heure avec Aquila*HDC car une deuxième victoire après celle dans le Longines Grand Prix de Hong Kong en février dernier le mettrait sur les rails du bonus Grand Slam avec un million d’euros en ligne de mire en cas d’une troisième victoire à Paris 2018. Mais ils sont 29 autres cavaliers à rêver d’inscrire le premier son nom au palmarès du Longines Masters de New York.

LAMBORGHINI MASTERS POWER, Puissance Six-Barres : Devin Ryan et Florida, les plus « hauts » du jour

Deuxième de la récente finale de la Coupe du monde Longines FEI, l’Américain Devin Ryan a montré samedi après-midi au Longines Masters de New York qu’il savait prendre de la hauteur. Venu en voisin du New-Jersey, il remporte l’épreuve des Six-Barres LAMBORGHINI MASTERS POWER avec Florida, une jument qui a montré… qu’elle en avait « sous le capot » puisqu’elle a été la seule à se sortir sans-faute du troisième barrage où la dernière barre culminait à 1m80.

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …