mardi 23 juillet 2019
Accueil / Près de chez vous / Basse-Normandie / WEF: où sont passés les chevaux français ? (épisode 2)
valentino
Valentino d'Elte, ici avec Sandra Delouis, évolue désormais sous la selle de Darragh Kenny (© Jean-François Le Turnier)

WEF: où sont passés les chevaux français ? (épisode 2)

Le Winter Equestrian Festival a repris son rythme de croisière. Des milliers de chevaux foulent la vingtaine de pistes en sable du complexe de Wellington, et parmi eux, de nombreux chevaux français. Cette semaine, nous avons choisi de vous parler notamment d’un certain Valentino d’Elte, un produit « made in Anjou » qui évolue désormais au plus haut niveau. Découvrez également deux « petits nouveaux », des perles « made in France » qui ont traversé l’océan avec succès !

Un ligérien en Floride

Elles sont loin les vertes prairies de l’Anjou. Né d’une passion devenue réalité, Valentino d’Elte est né chez Jean-François Le Turnier – speaker bien connu des amateurs de saut d’obstacles et d’élevage – de l’union de Castronom Z (Carthago) et de Douce de Launay, nièce d’un certain…First de Launay, grand gagnant international avec Florian Angot. Débourré par Denis Gauffreteau, formé et valorisé par Sandra Delouis, Valentino évolua sur le circuit SHF (finaliste à 5 ans) avant de s’envoler fin 2014 pour les écuries de Nicolas Paillot. Désormais âgé de 8 ans, le petit hongre bai (1,63m !) évolue sous la selle de l’irlandais Darragh Kenny. La première semaine du WEF, il prend la 4e place d’une épreuve à 1,35m, puis la seconde semaine, se classe d’abord 3e d’une 1,40m avant de prendre la 5e place du Speed Challenge (1,40m). Toujours propriété de Nicolas Paillot et des Ecuries d’Ellipse (Frédéric Busquet), Valentino risque fort, s’il continue comme ça, de changer de mains. Son naisseur espère secrètement que son protégé restera encore quelques temps sous la selle de l’irlandais…

Pour voir l’un des parcours de Valentino d’Elte: CLIQUEZ ICI.

Un Roi Outre-Atlantique

Un autre élevage dont on parle beaucoup depuis déjà longtemps – prolifique s’il en est – et en particulier depuis Rio, c’est celui de la famille Paris, dans la Manche. Après Quamikase des Fôrets (renommé Zirocco Blue et monté par Jur Vrieling), voici Roi des Forêts. Débuté par Vincent Blanchard à 4 ans, finaliste à Fontainebleau et labellisé Excellent, le fils de C Indoctro provient de la souche de May Flower III – la grand-mère de Roi – mère de Laika des Forêts (ISO 155), Junte des Forêts (ISO 138), Flower des Forêts (ISO 163), Tolbiac des Forêts (étalon) et d’un certain…Stew Boy ! A 5 ans, Roi rejoignit le piquet du charentais Bruno Jazédé avec qui il se qualifia pour Fontainebleau à 5 et 6 ans. L’alezan obtint ses premiers classements internationaux avec Bruno et remporta ses premiers grands prix nationaux. Ensemble, ils terminent sur une 5e place dans le Grand Prix 2* de Sandillon en avril 2015. Roi fut alors vendu aux Etats-Unis à Caspian Group LLC, entreprise spécialisée dans l’immobilier. Après quelques mois d’acclimatation, Roi des Forêts reprit le chemin des pistes internationales en juin 2016 sous la selle de l’américaine Ashley Partow lors du CSI5* de Calgary. Le couple évolue depuis deux semaines sous le soleil de Floride dans des épreuves à 1,45m.

La famille Hécart s’exporte…bien !

L’élevage de la Roque de la famille Dian-Hécart, en plus d’être prolifique, produit de nombreux chevaux performants. Valorisé à 5 ans par Magali Nauwelaers, Simba de la Roque est acheté par l’Ecurie Sens’O Riel en février 2012 et monté par Edouard Mathé. Le picto-charentais aligne tout de suite le fils de Kannan sur des épreuves internationales pour chevaux de 6 ans avec succès. Après un court passage sous la selle d’Isabelle Strom, Simba rejoint Jérôme Navet un an plus tard. 13e du Critérium des 7 ans, Simba évolue jusqu’au niveau 1,40m avant d’intégrer l’écurie de Marie Hécart. En mai 2014, le couple est au départ du CSIO5* de Rome. Le hongre passe un cap et s’illustre à San Giovanni, Dinard, Barcelone et Lyon. Un mois après sa dernière apparition sous couleurs françaises, Simba de la Roque change de propriétaire : Conor Swail reprend les rênes, et cède le Selle Français à la canadienne Sue Grange, l’une de ses propriétaires (à la tête de l’écurie Lothlorien Farm). Swail conserva la monte du crack jusqu’à fin 2015 puis dut la céder à son compatriote et jeune cavalier Daniel Coyle. Le couple a remporté la semaine dernière une épreuve à 1,40m avant de terminer 14e du Grand Prix U25.

Rendez-vous la semaine prochaine pour des nouvelles fraîches des chevaux français exportés !

Suggestions

deroubaix

CSI4* Bourg-en-Bresse : la victoire pour Alexis Deroubaix

Rendez-vous incontournable cette semaine avec le très prisé CSI 4* de Bourg-en-Bresse. Les victoires tricolores …